mardi 15 novembre 2005

Tsunami Tour 2005

Amis Graphistes, nous avons loupé une bonne affaire ! Bien évidemment je ne me compte pas parmi les graphistes, mais en tant qu’apporteur d’affaires, j’aurais pris 30% !!! :)

Pour commémorer en grandes pompes l’anniversaire du Tsunami (sic) en Thailande, les autorités thailandaises ont organisé un concours en vue de la création du logo officiel (oui, oui, vous avez bien lu). Ce logo sera utilisé pour tous les documents officiels de la manifestation organisée en hommage aux victimes.

Le gagnant, un graphiste Thai de 33 ans (je pense que le concours n’était ouvert qu’aux personnes de nationalité Thailandaise, mais ça on doit pouvoir s'arranger...) a empoché la coquette somme de 500 000 bahts (10 000 euros !!!) pour un logo franchement moyen (je ne suis malheureusement pas arrivé à le trouver sur le Net pour vous le montrer).

On y voir sur fond noir le chiffre 1 et une vague stylisée. Et en dessous une phrase du genre “One Year Tsunami Anniversary”.

Mais surtout je trouve ça glauquissime. Un logo pour un truc pareil !

Tant qu’à faire, le type aurait du rajouter 2 ou 3 corps. Vous savez comme quand on fait des bonhommes stylisés avec un rond pour la tête et des traits pour le corps et les membres (les seuls bonhommes que je sais dessiner moi). Ca aurait fait pas mal non ?
Surtout sur les T-shirts, car il va sûrement y avoir des T-shirts

Bon en tous cas ne vous inquiétez pas, je suis toujours sur la brèche pour d’autres bonnes affaires !!! Je pense notamment à l’anniversaire du tremblement de terre au Pakistan. On va prendre le Pakistan parce qu’en Inde il y a surement beaucoup trop de graphistes déjà sur le coup.

On a un peu de temps pour se préparer mais autant commencer tout de suite !

Amis graphistes, à vos palettes graphiques ! :)

3 commentaires:

stefie a dit…

Hello Bart,

Bon c'est pas bien gentil pour les graphiste tout ca ;-)
Ca l'tue l'métier ça, m'sieur Bart.

Cependant, une petite précision, je sais que le graphisme n'est pas ton truc :
pour les petits bonhommes stylisés façon signalétique, je te conseille de regarder le travail d'Adrian Frutiger, l'un des père de la signalétique et de la typographie moderne. Frutiger ? Si tu connais : la signalétique de Roissy, le logo du musée d'Orsay... c'est lui :-)
Une bible pour les graphistes et typographes ce M. Frutiger.

Tout ca pour dire que toi, avec ta culture graphique d'européen, tu trouves ce logo pas très intéressant, peut être que les thailandais eux le trouvent hyper tendance...

Les goûts et les couleurs, hein ;-)

Stefie

Bart a dit…

Ben non c'est pas pour tuer le métier ou quoi que ce soit. Au contraire, je respecte trop ce métier et son talent pour accepter de le voir galvauder de la sorte.

Plus que le logo lui même, c'est la cause qui me choque.
Quant au logo justement, compte tenu de la cause, je l'aurais souhaité plus... subtil.

Of course c'est très subjectif et je l'assume complétement !

stefie a dit…

C'est vrai que d'accepter de créer un logo pour un anniversaire aussi tragique et d'être plutôt bien payer, c'est moche... où est la déontologie ?
Difficile de le critiquer sans l'avoir vu, mais peut être est-il vraiment tendance (le design de la vague ou la police utilisée je ne sais pas) en Asie ou alors le graphiste est copain avec la fille du cousin du président du jury ;-)
Ensuite la subtilité, je te dirais, que cela dépend du public ciblé : CSP+, communautés, ouvriers, analphabètes, public national, international... A priori, le brief était qu'il soit reconnaissable par le plus grand nombre.

Imaginons, la création d'un logo pour l'anniversaire des banlieues en feu ici en France ou pour le 20eme anniversaire des inondations tragiques de Vaison la Romaine (je ne suis pas sûre de l'orthographe).
Le pire, malgré le scandale et les cris d'indignement, il y aura des personnes pour concourir pour décrocher le budget.

Je pensais que tu employais justement ce ton ironique pour marquer ce manque déontologique, assez courant dans ce métier en fin de compte - d'où ma réflexion -
Mais c'est justifié, parce que de temps à autre elle fait défaut. En graphisme comme en marketing.

Stéfie