vendredi 19 octobre 2007

La Thaïlande face à l’étranger

J'ai assisté à une conférence intéressante hier, organisée par l'Alliance Française de Bangkok :

La Thaïlande face à l’étranger : apprendre et digérer.

Présentée par un conseiller culturel à l’Ambassade de France en Birmanie (oui Birmanie, mais il a longtemps vécu en Thailande et dans la région).

Non seulement je vis en Thailande mais j'y ai des intérêts économiques (si, si, un peu), donc c'est un sujet qui m'intéresse. En plus, la Thailande est un pays au premier abord très nationaliste et beaucoup d'étrangers qui vivent ici depuis longtemps la qualifie même de raciste et déclarent que toute intégration est impossible.

Je voulais donc avoir l'avis d'un érudit.

Le gars était intéressant, mais un peu trop diplomate. C'est même son métier d'ailleurs, il me l'a rappelé gentiement avant de répondre à ma question embarassante sur l'influence politique potentielle de la Thailande sur la Birmanie dans le cadre des événements récents. Pour terminer par une pirouette.

Conférence intéressante tout de même.

Je retiendrai principalement 2 choses :
- une que je savais déjà mais qui a été approfondie : la Thailande est un pays, le seul de la région d'ailleurs, qui n'a jamais été colonisé car les Thailandais ont toujours su jouer avec les alliances, signer les traités au bon moment et être toujours du bon côté. C'est peut-être un peu ce que l'on retrouve aujourd'hui dans leur attitude méfiante, attentiste et troublée vis-à-vis de l'économie mondiale et mondialisée.
- une que je ne savais pas, c'est que la Thailande n'est pas le seul pays d'Asie à tendance nationaliste et refermé sur lui-même, tous les pays d'Asie du Sud Est ont cette même tendance (dixit mon érudit). Il y a peu d'échanges entre pays de la zone, on ne s'intéresse pas à la géographie ou à l'histoire des pays voisins, on n'apprend pas leur langue, etc.
Notre intervenant citait l'exemple de l'ASEAN, l'équivalent de la CEE pour l'Asie du Sud-Est, qui a du mal à se mettre en place car les pays qui la composent s'entendent sur pas grand chose et estiment même qu'ils ont peu de valeurs communes. On n'est pas "Asiatique" comme on peut être "Européen".

Intéressant, donc, mais pas forcément rassurant car on ne sait pas trop dans quel sens la situation évolue. Plus d'ouverture ou plus de nationalisme ? En ce qui concerne la Thailande, le récent coup d'Etat peu faire craindre le pire. A moins qu'arrivent enfin ces foutues élections...

2 commentaires:

renata a dit…

Interessant, en effet , et pas si inquiétant que ça, il me semble : c'est pas facile non plus d'être européen, et le nationalisme sévit toujours, un peu partout. Bien sûr, il faudrait des élections, ce serait quand même plus rassurant, mais ça va peut-être venir... Espérons.

Bart a dit…

> Renata : oui c'est vrai, la question "plus d'ouverture ou plus de nationalisme ?" peut se poser partout, en particulier en France en ce moment ! Ou aux USA.
Mais moi je m'en fous je vis en Thailande ;)