samedi 27 octobre 2007

Bridging the Gap


Pour réussir mon "intégration" et mieux comprendre les Thais en général et mes employés en particulier, non seulement j'apprends le Thai (doucement, mais sûrement :)) mais je lis aussi des bouquins (surtout dans l'avion. L'avion c'est idéal pour finir un bouquin rapidement).

Infos ici.

En particulier, j'ai lu celui-là : Bridging the Gap - Managing the Cross-Cultural Workplace in Thailand.

Bouquin intéressant, écrit par un businessman Thai consultant en Management.

Le but de ce livre est d'analyser les différences de cultures et de comportement entre Thais et Occidentaux, notamment au niveau du business.

Il insiste par exemple sur la différence fondamentale entre l'approche occidentale du Business, tournée vers les résultats, l'efficacité, et l'approche Thai, concentrée sur les relations humaines, l'ambiance de l'entreprise.

Bien sûr on y retrouve les classiques : rester zen, respecter l'autre, ne pas faire perdre la face, qui sont très importants en Thailande, mais qui de manière générale sont vrais partout (et qui, à moi qui suis plutôt du genre franc et sans fioritures, me demande un effort de chaque instant). Mais aussi des choses plus typiques qui expliquent les difficultés qu'on peut rencontrer ici quand on veut confier des tâches aux employés, déléguer, faire prendre des initiatives, obtenir un avis personnel :

2 passages qui m'ont marqué :

"Why don't Thais express personal ideas or make comments?
- Most Thais have never been told that such expression is expected, or acceptable, in front of others, in particular to those who are more senior.
- Many Thais have worked in environment where everyone expects to be told what to do.

- In school or college, Thais are accustomed ton one-way lecturing, and finding the "right" answer is the goal. ..."

"The new expat has to understand that the education system in Thailand does not prepare Thais to be assertive ("sûr de soi"). In fact, many Thai teachers are not confortable with the "question guy", in the class. Encouraging Thais to speak up and raise questions in meetings takes times."

Si ce n'était pas écrit pas un Thai, je dirais que ce sont des clichés qu'on entend très souvent ici, mais là, je me dis que ça confirme à la fois ce qu'on m'a dit et ce que je commence à expérimenter...

Une de mes difficultés va donc être de faire comprendre à mes employés qu'a la boite à clics Asia on est bien sûr sensible aux relations humaines et à la culture d'entreprise, mais qu'on est très attaché à l'efficacité et aux résultats, à la prise de décision et à l'initiative. Pour l'instant je retrouve tout à fait dans leur attitude ce qui est décrit dans ce bouquin.

Zen...

1 commentaire:

renata a dit…

De l'importance de l'éducation et de tout ce que l'environnement culturel peut entrainer. Une anecdote qui me semble aller dans le même sens, même s'il s'agit de la Chine : quand j'ai voulu apprendre à Mei (jeune chinoise qui avait tout de même passé en Chine l'équivalent du bac) à faire une dissertation, il a été très difficile de lui faire comprendre le plan dialectique. Qu'on puisse présenter des idées, une thèse, puis les discuter ensuite, avec des arguments valables, dans l'antithèse était incompréhensible pour elle... Et elle a eu beaucoup de mal à développer ce genre de discussion qui est pour nous banal. Apparemment l'enseignement asiatique ne prépare guère à l'argumentation, mais il a d'autres qualités, l'approfondissement, le soin apporté au travail, qu'il ne faut pas sous-estimer.