mardi 26 septembre 2006

Farang, go home!

Pour compléter mon post précédent, il me semble important de parler d'un autre événement, antérieur au coup d'état, qui est passé inaperçu à l'étranger mais qui a eu l'effet d'une bombe auprès de la communauté d'expatriés en Thailande, et qui pourrait avoir des conséquences économiques bien plus importantes que l'éphèmère apparition militaire.

Le gouvernement a annoncé un durcissement de la politique d'extension des visas de tourisme.

En Thailande, comme un peu partout, il faut un visa pour pouvoir travailler. En revanche, pour visiter, les ressortissants de nombreux pays, dont l'Europe et les US, n'ont pas besoin de visa pour un séjour inférieur à 30 jours.

Mais à l'inverse de nombreux pays, la Thailande, jusqu'à maintenant, autorisait le renouvellement de visas de tourisme à l'infini. Ainsi, de nombreux expatriés en Thailande n'ont pas de visa de travail, mais gagnent leur vie. Ils sont patrons de bar, profs d'Anglais, moniteurs de plongée, ou comme moi, (de plus en plus avec le développement d'Internet et des nouveaux métiers du type Web Designer, Web Developer, Référencement, etc.) ne travaillent pas en Thailande mais depuis la Thailande. Ils gagnent leur vie à l'étranger mais dépensent en Thailande. Pour pouvoir faire ça, ils doivent renouveler leur visa tous les 30 jours en sortant du pays. Et en y re-rentrant immédiatement. Ca se fait en une journée, et on appelle ça un Visa Run.

De nombreuses sociétés se sont montées qui proposent des Visa Runs depuis les grandes villes de Thailande. Ainsi, tous les jours, des dizaines de mini-bus et de cars partent vers les frontières voisines pour revenir le soir même.

Pour Bangkok et Pattaya, c'est le Cambodge, pour Chiang Mai, le Laos, pour Phuket, la Malaisie, etc.

La communauté d'expatriés se décompose donc en 2 catégories : ceux qui ont un visa (de travail, de retraité, parce qu'ils sont mariés, etc) et ceux qui n'en ont pas.

Mais c'est souvent dans cette seconde catégorie qu'on trouve ceux qui sont là depuis longtemps, les amoureux de la Thailande. Certains y habitent depuis 5 ou 10 ans et font des visa runs tous les mois.

Le gouvernement thailandais a donc annoncé récemment qu'à partir du 1er Octobre 2006, on ne pourrait pas renouveler son visa de cette manière plus de 2 fois : C'est à dire qu'une personne qui entre en Thailande à partir de cette date peut rester 30 jours, puis 2 fois 30 jours, soit 90 jours au total. Ensuite, il faudra quitter le pays pendant 90 jours avant de pouvoir revenir !!! Cela s'applique aussi évidement à ceux qui sont déjà sur place.

Pour de nombreux expatriés sans visa, ça signifie un retour au pays, ou le choix d'une autre destination !

Les raisons de ce changement ne sont pas très claires. Il parait que chaque année ce sujet est abordé et la menace annoncée, mais il semblerait que cette année ce soit un peu plus officiel.

On entend parfois que ca vise en premier lieu les Chinois et les Indiens, grands "consommateurs" de visa de tourisme, mais dans ce cas là pourquoi ne pas l'appliquer par nationalité ?
On dit aussi que la Thailande veut se débarasser des pédophiles et autres tarés (l'affaire Karr, très médiatisée partout dans le monde, a encore renforcée l'image négative du pays à ce sujet à l'étranger et a clairement agacé les autorités locales, à juste titre). Il est vrai que certains sont de vrai parasites et apportent beaucoup de problèmes, mais la majorité des expatriés sont des gens qui travaillent, qui s'intègrent, qui aime ce pays et leur vie différente de la vie en Europe ou aux US. Et puis changer la politique de visa ne réglera pas le problème.
Certains pensent que c'est aussi en vue des élections que le gouvernement a voulu montrer à ses électeurs qu'il n'a pas oublié leur crédo : "La Thailande aux Thailandais". Le nationalisme est très fort dans ce pays et il est "bon" de rappeler parfois que le pays ne se laisse pas envahir.

Mais sur le plan économique, il est clair que cette décision est complétement irrationnelle.

D'ailleurs, si ces mesures sont appliquées, cela aura des conséquences sérieuses pour tout le monde :

- en premier lieu pour les expats sans visa, qui vont devoir quitter le pays. Moi y compris. Mais je n'ai pas grand chose à perdre. La Thailande n'est qu'une étape (même si on travaille toujours sur "MoveThailand.com", le bien nommé :) ). Pour d'autres c'est plus pénible. Certains ont un appartement ou un business, leur vie ici, leurs amis, etc.

- ensuite ce sont les Thais qui vont perdre une grosse source de revenus. Même si les expats sans visa de travail ne sont peut être pas ceux qui dépensent le plus, ils dépensent plus que de nombreux locaux. Et puis ils sont là dans la durée. Et enfin ils sont souvent présents aussi dans les plus petites villes, dans les régions moins riches, quand la majorité des expats en situation "légale" habite à Bangkok ou Pattaya.
Outre l'argent qu'ils dépensent, beaucoup d'expats ont ouvert des bars, des guest-houses, etc, bref font vivre le pays et venir des touristes.

- enfin, pour les expats qui ont un visa, pour les businessmen, pour les investisseurs, cela prouve s'il en était encore besoin, combien ce pays est instable. Qui va venir acheter un appartement ou mettre dans l'argent dans un business alors que rien ne vous garantit que vous n'aurez pas à faire vos valises très rapidement ? Aujourd'hui le gouvernement s'en prend au visa de touriste. Et demain ? Au visa de travail ? Aux expats ? Aux sociétés étrangères (Carrefour et Tesco n'ont déjà pas apprécié d'apprendre que leur expansion dans le pays serait contrôlée et limitée pour préserver le petit commerce. Discussion d'un autre age chez nous).

Bref, ce mois d'Octobre sera décisif à plus d'un titre pour beaucoup de monde en Thailande. Encore une fois : Wait and See...

Dans le courrier des lecteurs du Bangkok Post, un Anglais s'énervait : faute de visa, il va devoir bientôt quitter ce pays dans lequel il habite depuis des années, alors qu'au même moment, l'Angleterre accueille à bras ouverts l'ex-Premier Minsitre thailandais, sans visa, et pour une durée indéterminée !
A moins que monsieur Shinawatra n'ait déjà le statut de réfugié politique...

2 commentaires:

Duc a dit…

Welcome to Viet Nam !!!
Tous les entrepreneurs y sont accueillis à bras grands ouverts !
Et puis pas de problème, alors là c'est bien stable comme il faut : pas de catastrophes naturelles, pas d'intégristes islamistes, pas de roi, pas d'opposition ...

On t'y attend... mais attention ca va etre la ruée TH->VN, alors vaut mieux etre parmi les premiers pour avoir une bonne place...

Bart a dit…

C'est prévu ! Voyage de reconnaissance à Phnom Penh (Cambodge) et Ho Chi Minh (Vietnam) pour tater le terrain. I'll Keep you posted!