samedi 23 septembre 2006

Coup d'éclat en Thailande

Petit apparté sur la situation en Thailande qui doit vous paraître bien confuse, vue de loin. Déjà de près, c'est plutôt confus, mais avec déjà un peu plus de 8 mois d'expérience du pays (en cumulé) et en étant sur place, je pense avoir une vision plus claire, tout en étant certainement très loin de mesurer tous les tenants et les aboutissants.

Scènes de panique :) dans les rues de Bangkok au lendemain du "Coup"

La veille du coup d'état je disais à un pote que la situation dans ce pays était quand même franchement instable. Mais j'étais loin de m'imaginer que moins de 24h après les tanks feraient leur entrée !!!

Thaksin Shinawatra, le premier ministre de la Thailande jusqu'à mardi dernier, est une sorte de Berlusconi thailandais. Un type qui a réussi dans les affaires avant de se lancer en politique. Mélé à de nombreuses affaires de corruption (ce qui en Thailande est quand même plus banal qu'en Europe, Italie excéptée peut-être), il a su rester très populaire, notamment auprès des populations pauvres, en particulier dans le nord et le nord-est.

En revanche il est devenu très impopulaire auprès des classes moyennes et supérieures, notamment à Bangkok et dans le sud. Et encore plus depuis qu'en janvier dernier il a vendu sa société pour 1,9 milliard de $ à des investisseurs de Singapour en étant dispensé de toute imposition !!!

En avril dernier, poussé par l'opinion publique, il a organisé de nouvelles élections, mais celles-ci ont été boycottées par l'opposition. Il a donc facilement été réélu. Le roi s'est alors manifesté en qualifiant ces élections de processus non démocratique.

Il faut savoir que le roi en Thailande est plus adoré que ne l'était Jean-Paul II en Pologne, et que la liberté d'expression dans ce pays s'arrête la où commence le "respect" du roi.

Mais quoi qu'il en soit, Berlusconi-Shinawatra avait réussi à endormir son monde en annonçant qu'il se retirerait... bientôt. En attendant, son service de sécurité musclé intervenait parfois très violement pour calmer les manifestations hostiles lors de ses apparitions publiques.

3 militaires devant "Democracy Monument" (sic)

Bref, la situation était tendue.

Ajoutez à cela les attentats (perpétrés par les musulmans) dans le sud de la Thailande, clairement négligés par le pouvoir à Bangkok, qui pourtant sont de plus en plus fréquents et font de plus en plus de morts, y compris maintenant parmi les touristes.

Les gens commençaient à en avoir marre.

Il faut savoir aussi autre chose : les Thais sont de gens nonchalants et souriants, mais il faut pas les énerver :) Rappelez vous que le sport le plus populaire ici est la boxe. Thai.

Donc vu d'ici le coup d'état est moins hallucinant : Shinawatra ne voulant pas s'en aller, l'armée a profité de son absence pour prendre la place, et immédiatement obtenir le soutien du roi. C'est important, car pour garder la confiance du peuple, il fallait absolument le soutien du roi.

Pas de violence, une opération rapide et plutôt discrète. Pour un peu j'allais me coucher sans savoir ce qu'il se passait (si j'avais regardé ESPN plutôt que la BBC, comme tout supporter moyen :) ) et le lendemain tout était terminé.

Donc pour nous, pas vraiment de raison d'avoir peur. Tout est normal. Quelques militaires aux intersections des grandes avenues, quelques tanks stationnés ça et là, mais franchement pas grand chose.

La vie continue normalement, les gens travaillents, les touristes visitent, les avions décollent et attérissent, etc. Seul truc : les frontières avec la Birmanie et le Laos (au nord du pays) ont été fermées jusqu'à nouvel ordre. Il semblerait que ça soit pour éviter la reprise (ou l'accentuation) du trafic de drogue dans la région (le Triangle d'Or : Laos-Birmanie-Thailande) pendant que l'armée est occupée dans la capitale. Mais sinon peu de changements.

Il reste tout de même évidemment 2 questions importantes :
- L'armée va-t-elle effectivement rendre le pouvoir et veiller à l'organisation de nouvelles élections ?
- Shinawatra va-t-il sagement rester à Londres, ou essayer de reprendre le pouvoir au risque de créer une guerre civile ?

La réponse à la première question viendra très vite puisque l'armée a annoncé un délai de 15 jours pour rendre le pouvoir.
Concernant la seconde question, il semble que Shinawatra se plaise à Londres, et que la position du roi ait calmé ses ardeurs belliqueuses.

Wait and see. C'est tout ce qu'on peut dire pour l'instant.

Le Guide du Routard qualifie la Thailande de "Monarchie Constitutionnelle à tendance autoritaire". Je crois que tout est dit là dedans : le Roi, la Constitution, et l'Armée si ça va mal...


2 commentaires:

Jihèm a dit…

Merci Bart pour ces éclaircissements et ton témoignage vu de là bas, c'est très enrichissant.

Bart a dit…

My pleasure :)