dimanche 8 octobre 2006

La boite à clics

Ma 3e activité c'est une activité de type agence de pub. C'est de loin mon activité la plus importante puisqu'elle constitue de 75 à 85% de mon CA et de mes revenus chaque mois :

(le clic vient d'ici)

- L'édition de sites rapporte une centaine d'euros ;
- La Loterie génère entre 15 et 25% de mon CA. A noter que je ne suis pas employé de cette loterie. Je facture les annonceurs avec la Boite à Clics et suis ensuite refacturé par la loterie, un peu comme une licence ;
- L'activité "agence de pub" constitue l'essentiel de l'activité et des revenus de la Boite à Clics et donc de son gérant.

Cette activité consiste à trouver des supports (sites Web, appelés aussi "éditeurs") pour des annonceurs. Jusque là, rien de très Web 2.0 :), sauf que je suis plus particulièrement spécialisé dans la pub à la performance d'une part et dans l'international d'autre part (c'est à dire quand un annonceur commence à s'intéresser à d'autres marchés que son marché domestique).

Je me suis rendu compte qu'il y avait effectivement un vrai besoin à l'international, et qu'il fallait être capable d'offrir à un annonceur, via un seul contact, une véritable couverture internationale.

Ca n'a l'air de rien, car dans l'esprit de gens (et dans le vôtre, donc, j'en suis sûr) le Web est par définition international. Sans doute, en théorie, mais dans la pratique en fait, le Web est quasiment aussi "national", local, que la télé ou la presse.

Réfléchissez aux sites que vous fréquentez régulièrement : combien ne sont pas en français ? Quand vous souhaitez acheter, allez-vous sur des sites allemands sous prétexte que ça peut être moins cher ? Utilisez vous eBay pour faire des enchères aux Etats-Unis ? Sur Meetic, choisissez vous de rencontrer des japonaises ? Vous suivez plutôt l'actu sur TF1.fr ou sur CNN.com ? etc.

Certains se démarqueront sans doute, mais la plupart des Français consultent avant tout l'internet français. Et c'est la même chose dans tous les pays, ou du moins dans tous les pays développés (dans les pays sous-développés ou en voie de développement on consulte plus le Web international, faute de sites locaux, mais ce ne sont évidemment pas les pays qui intéressent les annonceurs européens).

Pour toucher par exemple des internautes italiens, il faut annoncer sur des sites italiens, car hormis les grands sites internationaux type Yahoo!, Hotmail ou MSN, la plupart des sites à forte audience en Italie sont des sites purement italiens qui n'existent qu'en Italie. Et c'est la même chose partout.

Du coup, pour un annonceur, il est souvent difficile de connaître les supports locaux dans chaque pays où il souhaite communiquer.

Mon premier rôle est donc d'identifier des sites web locaux dont l'audience est suffisament importante et dont la cible correspond à celle de mon client.

Mon second rôle est de convaincre ces sites web d'accepter la pub de mon client.

"Convaincre les sites web ?'' allez-vous me dire. "Mais il n'y a pas besoin de les convaincre. Il suffit de les payer". Ben non justement. Sur Internet c'est un peu plus compliqué que ça. Surtout que comme je le disais précédemment, je suis plus spécialisé dans le pub à la performance. Mais pour comprendre ça, il faut connaître la Pub sur le Net.

Ca sera d'ailleurs l'objet de mon (mes) pochain(s) post(s).

A suivre...

3 commentaires:

Fabrice a dit…

Super intéressant, tu sembles exprimer des évidences dans ton article, mais en y regardant bien cela semble effectivement plus complexe qu’il ne semble. Je ne pensais pas aborder le web d’une manière aussi nationale voir régionale, mais tu as entièrement raison, les sites internationaux sur lesquels je surf ne sont pas si nombreux… Vivement la suite de ton article.

bitonio a dit…

Effectivement le web n'est qu'une toile géante qui réunit des toiles très locales dont les frontières sont souvent les langues et/ou les pays.

A noter aussi que la construction des réseaux est très forte en local (réseau ADSL en France par exemple) et que les opérateurs se concentrent à mettre en place des gros tuyaux entre l'abonné et... Paris. Il ne reste que des petits tuyaux vers l'étranger à usage des particulier.

Anonyme a dit…

Je trouve votre positionnement intéressant. Je pense qu'un tel service peut intéresser les grosses PME, ayant des envies "d'international" mais ne maitrîsant pas forcément ces paramètres. C'est une véritable plus value pour elles, la réussite passant comme toujours par un ciblage le plus précis possible et donc par une recherche très efficace en amont...