vendredi 29 décembre 2006

Recrutement

Je vais vous parler un peu de ma boite en Thailande, même si c’est pas le sujet de ce blog, car j’y aborde un aspect de l’entreprenariat que je n’avais pas connu jusqu’à maintenant : le recrutement.

Et ouais, pendant que vous vous régalez sur les pistes de ski, ou vous prélassez dans les hôtels 5 étoiles, Bart, qui n’a pas une vie facile, fait passer des entretiens.

Je recherche un(e) Project Manager, dont le rôle sera grosso modo d’être le manager de la boite Thai (recrutement, management, administratif, relations avec les fournisseurs, etc.) et un Web Master.

Je n’ai pas beaucoup d’expérience du recrutement (j’en ai fait un peu dans mes expériences de salarié, mais pas beaucoup) en revanche j’ai beaucoup d’expérience de l’autre côté de la barrière, en tant que chercheur d’emploi ! :) Je peux donc voir la différence.

En Thailande on met tout sur son CV : son sexe et son age, bien sûr, mais aussi sa religion, sa taille et son poids, jusqu’à son numéro de permis de conduire. Certains pensent même utile d’ajouter : « Health (santé) : excellent » ou « good ».

On indique aussi les salaires, les récompenses, les références, etc. sur un CV qui fait jusqu’à 8 pages !

Bref on se dévoile, on se vend, on est prêt à tout (j’aime bien cette phrase notamment : « willing to work under pressure » qu’on pourrait traduire par « je suis prêt à travailler dans le stress ! ». Ben pourquoi pas :)).

Dans la même logique, un recruteur peut préciser sur une annonce : « Male, no more than 35 year old », sans s’attirer un procès pour sexisme ou racisme anti-vieux.

Pour ce qui est de l'entretien, je ne sais pas comment ça se passe ici normalement, alors je le fais à l'occidental... Après tout c'est une boite "Farang" (occidentale).

J’aime bien le recrutement. C’est un exercice passionnant et difficile. Surtout quand on recrute pour soi, pour sa boite je veux dire. Il ne faut pas se planter. Il faut se faire une idée des gens rapidement. Le plus dur, c’est qu’on voudrait récupérer un peu des qualités de chacun des candidats, pour se fabriquer l’employé idéal :)

Et puis il faut aussi vendre sa boite. Vendre au candidat son "futur professionnel" potentiel. C'est un échange qui va dans les 2 sens. Tu m'intéresses, je t'intéresse. Pas évident quand la boite démarre dans des petits locaux plutôt simples (mais avec "air con" [Edit : Merci Duc pour ton commentaire, tu m'as pas loupé ! :) "Air con" c'est "air conditioning", la clim quoi, vitale ici] et internet wireless, faut pas déconner !).


1 commentaire:

Duc a dit…

C'est vrai que c'est crucial d'avoir l'air con pour attirer les candidats les plus brillants... Ah mystérieuse Asie...